Recherche d'un cerf en Argonne

Compte rendu d'une recherche éffectuée sur  un cerf dans l'Argonne


La recherche d\'un cerf blessé
La recherche d\'un cerf blessé :
Samedi 11 octobre10 heure, en fin de battue un cerf est tiré sur une chasse d’Argonne ou j’évolue comme traqueur. J’ai la chance de l’avoir vu à 5 mètres et de l’annoncer comme grand C2.
Cinq coups de feu claque et l’hallali est sonné comme systématiquement au tir du cerf. Fin de traque, constat l’animal est parti il y a du sang sur sa fuite. En attentant la deuxième battue, à la demande du directeur de chasse je contrôle les tirs jusque la route forestière qu’il est censé traverser.
PARCIMONIE de la VOUTE AZUREE teckel poil dur agrée UNUCR que son propriétaire m’a confié récemment car il ne peut plus pour raison professionnelle faire de recherche est mise au trait, elle empaume la voie et rapidement je trouve un petit bout d’os faisant penser à une balle de mâchoire des gouttes de sang régulières sont sur la piste. J’arrête à la route forestière ou je trouve un deuxième os qui ferait penser à une articulation, un pied manifestement plus marqué sur le sol depuis les tirs me fait dire qu’il a certainement une atteinte à une patte droite.
Je participe à la deuxième traque et nous décidons de démarrer la recherche aussitôt ce qui fera environ trois heures après le tir.
Un nouveau conducteur avec une chienne rouge de Hanovre est présent est nous décidons qu’il fera la recherche.
La chienne empaume facilement la piste pendant ½ heure et nous arrivons sur une place de brame, les traces sont partout l’odeur des cerfs également. La chienne en manque d’expérience butte malgré un travail patient. Je remarque encore une goutte de sang dans une souille et toujours ce pied qui marque fort. Nous décidons de reprendre avec le teckel, les suiveurs sont mis en attente prés d’un mirador. Pas frustrée et au pas de course PARCIMONIE nous refait le parcourt, arrivée au défaut elle trouve bien le pied et part sur la droite une direction mal exploré avant et nous montre toujours ce pied qui marque plus. Une première reposée est trouvée avec également un os qui confirme la blessure de patte. Dés cette instant le cerf doit ce savoir poursuivit et les ruses s’enchaînent, le trait est tendu en permanence la chienne bien déterminée. Pendant ce temps la troisième traque est terminée et nous entendons le rassemblement pour la pose casse croûte à la croisée des chemins, et nous nous dirigeons vers cet endroit qui doit rassurer notre animal. Nous sommes à moins de cent mètres du rendez-vous la végétation est plus dense, la chienne s’excite et une deuxième reposée est trouvée, il est parti sans que l’on entende. Je n’ose lâcher je ne connaît pas encore la chienne, la poursuite s’engage au trait nous traversons deux enceintes, il refuse par deux fois le ravin et je décide au franchissement d’une ligne de suspendre la recherche car nous le poussons devant nous. Grâce au portable nous récupérons nos voitures de l’eau et un casse croûte bienvenu. Avec le directeur de battue nous convenons qu’après la battue suivante il refermera l’enceinte ou l’animal est rentré. Rendez-vous dans deux heures.
J’en profite pour remmener au village mes chiens de traque récupéré par mon frère et change de maillot, comme le temps me le permet je fais également la route forestière avec la chienne pour avoir la certitude que le cerf est resté sur le lot.
A dix sept heures, rassemblement nouvelles consignes au chasseurs tir d’un cerf C2 blessé patte droite. L’équipe de suiveurs c’est un peu agrandie, le directeur de battue plus le chien de rouge de Hanovre et un traqueur supplémentaire. Rapidement nous faisons une grande boucle est nous descendons dans le ravin au fond bien sur un ruisseau, qu’il empreinte sur cinquante mètres et nous remontons de l’autre coté cela va vite les suiveurs peine et j’en profite pour briffer Yves qui me suis depuis le matin avec sa carabine pour moi le cerf est en haut comme nous il taffe mais nous arrivons à la ligne de fusils l’animal est sorti il est dix huit heures. Nous décidons de sonner la fin de battue et de continuer le groupe de suiveurs se dissout un peut un cerf qui monte une cote d’Argonne doit encore avoir de la ressource !! Nous ne sommes plus que quatre deux cent mètres se font rapidement le taillis ce ferme un peu une souille avec deux taches de sang bien distinct un crochet et soudain l’animal est-là qui se lève, je cri ‘tire’ à Yves qui s’exécute et l’animal s’effondre souffrances enfin abrégées. J’annonce l’hallali qui est repris par les chasseurs qui rentraient.
Congratulations un peu d’émotion le grand cerf sera au tableau tout à l’heure.
Merci PATSY (Parcimonie) de m’avoir guidé « Jusqu’au bout ».
Michel LEBEL
Bravo Michel, j'espère que ce petit article fera réfléchir les chasseurs qui ne font pas rechercher leur gibier blessé.
Bravo
Le délégué UNUCR-Marne
C.E.

Les blessures du cerf
Les blessures du cerf : Les blessures du cerf recherché par Michel de la photo précédente.